Citoyen du monde

Accueil » Notables et pouvoirs » Ennemis de la démocratie » Intelligentsia perverse

Intelligentsia perverse

Les thèses d’Eric Zemmour: un filtre souvent déformant

Un interview exemplaire qui montre comment Eric Zemmour déforme les faits, ment sur les réalités et véhicule les ingrédients d’une idéologie d’extrême-droite « qui ne veut pas dire son nom ». Sa mauvaise foi, ses esquives comme mode de défense et ses jugements de valeur à l’égard de la personnalité de ses contradicteurs (comme par exemple chez Ruquier ou dans l’émission Infrarouge de la RTS) relèvent de la malhonnêteté intellectuelle.


 Avocats et juges:  deux plateaux de la balance « justice »

Source: Blog de Pierre Avril – 11 mars 2014

Prenons les ingrédients habituels du débat,  la liberté individuelle, le droit à la défense, le piédestal de l’avocat, sa pureté ; rajoutons un peu d’escroquerie en bande organisée, trafic d’influence, corruption, abus de faiblesse,agitons le tout. Pour faire une recette correcte, il ne faut pas perdre de vue que l’avocat, avant d’être un accoucheur de vérité est d’abord un défenseur teigneux, c’est son destin et sa tâche ; il est là pour semer le trouble, bousculer les hiérarchies, remettre de la relativité à l’endroit des évidences, il y a du sophisme chez ces gens-là, de la rhétorique de blanchiment (je parle d’innocence) et en plus, on les paye le faire. Il ne faut donc pas considérer leurs paroles comme fausses, mais comme stratégiques. On me dira d’accord, mais la veuve, l’orphelin, le faible, l’horreur du châtiment injuste et déplacé. Et bien de Vergès à Badinter, il y a toute la force d’un engagement qui départage et une variété de styles incomparable. Jouer la partition est une affaire d’engagement. Par exemple, dans la région lyonnaise, d’exemplaires avocats défendent avec opiniâtreté et conviction, la cause des migrants et des sans-papiers. On ne peut pas dire qu’ils fassent fortune avec les damnés de la terre, mais ils le font. Ils jouent une musique engagée…

inegalite-300x293

D’autres la jouent autrement

Tout d’abord, étendre considérablement le champ des affaires comme paradigme du monde, le bon avocat est un avocat d’affaires, l’avocat lucide évolue dans un espace mondialisé, sans frontière au service d’une cause, la fluidité des échanges. Il est intéressant de constater combien la droite morale est dirigée par des avocats d’affaires. Cette conception du monde oblige à la mise au rencart des anciens préjugés, l’idée même du droit vacille : les divers préjudices explosent et l’ère du plus malin triomphe. Ça devient un peu des questions de responsabilité individuelle que de se faire berner, agresser, truander. Après tout, vous n’aviez qu’à faire attention et vous payer votre protection. Le nouveau culte de l’arbitrage comme modèle juridique participe de cet abandon. Loin de juger, la justice arbitre, c’est-à-dire qu’elle valide un système de la libre entreprise, définit le champ de son extension, compense d’éventuelles distorsions de concurrence, y compris dans des affaires délictuelles. Je deviens ma propre économie de marché, le bras terrifiant de la justice est un bras articulé à l’affairisme. Finissons-en avec cette image de balance de la Justice qui s’équilibre, c’est un modèle ancien. Nos balances sont des cadrans électroniques qui nous donnent avec une terrifiante précision, au milligramme près, à la seconde près, la réalité implacable du poids que nous pesons.


Les bien-pensants

Nous vivons sous une dictature de pensée qui s’impose par le terrorisme intellectuel. Le citoyen n’a plus son mot à dire si ce n’est de suivre les consignes des élites qui ne proposent plus de débat politique réel. Le but de cette dictature tente à réduire chaque individu au rang de consommateur dans un monde ultra-liberal dont les nouveaux détenteurs de pouvoir sont les élites bien pensantes au service des mega-entreprises.

« 1984 », « Le meilleur des mondes »

Lors de leur parution ces ouvrages semblèrent de la science fiction, mais aujourd’hui ils rejoignent la réalité. Avec la mondialisation des économies il apparaît aujourd’hui comme incontournable la mondialisation des cultures et des sociétés. Ainsi naît la pensée unique. Imposée par les « bien pensants » elle cherche à contourner les débats pour imposer un modèle unique à tous. Toute contestation devient suspecte, et tout débat est écarté. Ainsi nous voyons apparaître un modèle de société unique et dangereux pour les démocraties.


 

Archives

Follow Citoyen du monde on WordPress.com