Citoyen du monde

Accueil » Notables et pouvoirs » Très riches… et où va l’argent? » Le 1% des plus riches détrousse les peuples

Le 1% des plus riches détrousse les peuples

2013, une année faste pour le 1% les plus riches

Source: Blog de Martine Orange – 7 janvier 2014

Les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres se sont encore accentuées l’an dernier. Aux États-Unis, les plus fortunés détiennent plus de la moitié des revenus nationaux, une concentration inégalée depuis 1917.

Finalement, 2013 a été une année bien meilleure que prévu, à en croire nombre d’experts. Beaucoup se félicitent de voir la fin des désordres provoqués par la crise économique. À l’appui de ce retour à une situation plus normale, les commentateurs soulignent les performances « historiques » des marchés boursiers mondiaux. De New York à Tokyo en passant par Francfort ou Londres, ils ont volé de record en record, effaçant toute trace de la crise de 2008. Autre donnée tout aussi réconfortante pour les experts : les marchés immobiliers, plombés pendant plus de six années consécutives, repartent à la hausse. Les appartements et les maisons retrouvent les prix stratosphériques qui rassurent tant les observateurs. Le marché londonien est à son plus haut depuis six ans, celui de New York remonte à tout vitesse. Bref, tout est en train de redevenir comme avant. Enfin pour certains, pour une poignée seulement.

Ce qui caractérise 2013, c’est l’approfondissement du fossé qui sépare les plus riches et les autres, le creusement toujours plus spectaculaire des inégalités. La reprise n’a été, n’est, que pour le 1 %des plus riches, au détriment des 99 % restants.

Selon le classement de l’agence Bloomberg, établi dès le 2 janvier, les 300 milliardaires les plus riches du monde ont encore augmenté leur fortune de 524 milliards cette année. Ensemble, ils représentent une richesse cumulée de 3 700 milliards, soit l’équivalent de l’addition du PIB de la France et de l’Espagne. Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, est redevenu l’homme le plus riche du monde, avec une fortune de 78,5 milliards de dollars. Par le seul jeu de la spéculation boursière – les titres Microsoft ont augmenté de 40 % en 2013 –, il a gagné 15,8 milliards de plus l’an dernier.

Dans le même temps, les classes moyennes et les plus pauvres disent ne noter aucune amélioration dans leur vie. Aux États-Unis, où l’économie est censée avoir le plus progressé, les conditions de vie continuent de se dégrader. Le revenu moyen par habitant s’élève à 28 281 dollars : il est inférieur en valeur constante au revenu moyen de 1998. Le taux de chômage n’est officiellement que de 7 % mais des millions de personnes ont disparu des statistiques officielles de recherche d’emploi. Plus de 46 millions d’Américains vivent désormais en dessous du seuil de pauvreté. Alors que la pauvreté avait continuellement baissé depuis le milieu des années 1960, elle ne cesse d’augmenter depuis le milieu des années 2000 et encore plus depuis la crise. 20 % des jeunes entre 18 et 24 ans sont désormais dans la pauvreté.

Les chiffres sont encore plus accablants en Europe où l’austérité est venue s’ajouter à la crise. Alors que l’économie bégaie, le chômage atteint des niveaux records dans toute l’Europe du Sud : plus de la moitié des jeunes espagnols et grecs sont sans emploi. La pauvreté est réapparue partout sur le continent. Plus de huit millions de Français sont en dessous du seuil de pauvreté fixé à 977 euros par mois. 15 % de la population allemande vit elle aussi en dessous du minimum. Dans son dernier rapport, l’agence italienne de statistiques notait que 12 % des familles italiennes vivaient désormais dans la pauvreté. En Grande-Bretagne, la Croix-Rouge a dû rouvrir des centres pour aider les plus pauvres. Des organisations de charité multiplient la distribution de nourriture aux familles. Une situation jamais vue depuis la guerre, disent-elles.

Alors qu’il s’apprête à quitter la présidence de la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, Ben Bernanke a dressé un tableau prudent de son action. Sans l’action déterminée de la Fed, la situation économique aurait été bien plus sombre, a-t-il expliqué pour défendre son bilan. « En dépit des progrès, la reprise demeure de toute évidence incomplète », a-t-il toutefois reconnu, promettant en creux que la politique de taux bas et de mesures non conventionnelles (quantitative easing) allait se poursuivre.

Ces milliers de milliards de dollars, de yens, d’euros ne sont jamais retombés dans l’économie réelle, mais ils ont provoqué une déformation économique jamais vue jusqu’alors. L’essentiel a été capté par le monde financier, qui l’a utilisé comme il en avait l’habitude : en spéculant massivement sur tous les actifs qui lui semblaient profitables, du pétrole à l’immobilier en passant par les actions et les obligations.

En novembre dernier, alors que la Fed annonçait qu’elle allait continuer à approvisionner les marchés à hauteur de 85 milliards de dollars par mois, un gérant – milliardaire – de hedge funds, Stanley Druckenmiller, se félicitait de cette décision : « C’est une formidable nouvelle pour les riches. C’est la plus grande redistribution de richesse des classes moyennes et des pauvres en direction des plus riches. Qui possède les actifs ? Les riches, les milliardaires. Vous pensez que Warren Buffet hait cette décision ? (….) Pour moi, j’ai eu une excellente journée. Peut-être que cette politique monétaire qui donne de l’argent aux milliardaires, que nous allons dépenser, va marcher. Mais depuis cinq ans, cela n’a pas marché. »

La grande distorsion

Difficile de mieux résumer la politique menée dans les économies occidentales depuis le début de la crise. Depuis cinq ans, un transfert massif des pauvres et des classes moyennes vers les plus riches a été organisé. Dans une enquête réalisée sur la période 2009-2012, l’économiste Emmanuel Saez (qui a mené de nombreux travaux avec Thomas Piketty) arrive à la conclusion que « 95 % des gains de la reprise ont été captés par le 1 % des plus riches ». Les 10% plus riches (définis par des revenus annuels au-delà de 114 000 dollars) ont subi une chute brutale de leurs revenus (-36,3 %) au début de la crise, en raison de la chute des marchés boursiers et immobiliers. Mais à la différence des récessions précédentes où ils avaient été moins exposés, les 99 % ont eux aussi vu leurs revenus baisser de 11,6 % durant cette période.

À partir de 2010, les ménages les plus fortunés ont vite effacé les traces de leurs pertes. « Les revenus du 1 % les plus riches ont augmenté par la suite de 31,4 %, pendant que ceux des 99 % ont progressé seulement de 0,4 %. » « Ces chiffres suggèrent que la grande récession a pesé de façon temporaire sur les revenus les plus élevés mais ne remettra pas en cause l’augmentation spectaculaire des revenus des plus riches à laquelle on assiste depuis les années 1970 », note l’économiste.

Pourcentage des revenus totaux détenus par les 10% les plus riches © étude Emmanuel Saez

Le grand mouvement de réduction des inégalités qui avait été engagé après la crise de 1929 et surtout après la Seconde Guerre mondiale est définitivement derrière nous. Les Américains les plus fortunés ont payé en 2012 moitié moins d’impôt que les autres Américains, en raison de la fiscalité privilégiée sur le patrimoine. Selon l’étude, la part des 10 % les plus aisés dans la population – correspondant au 1er décile – représentait 50,4 % du total des revenus américains en 2012. Cette proportion a dû encore augmenter en 2013. Un tel niveau d’accumulation de richesses en si peu de mains n’a jamais été atteint depuis 1917, date du début des statistiques américaines, note l’étude. Même à la veille de la crise de 1929, ce pourcentage n’était pas si élevé.

Les chiffres ne sont pas peut-être pas aussi frappants en Europe. Mais la tendance est la même, comme le prouvent les enquêtes de l’Insee pour la France et d’Eurostat pour l’Europe. Partout, les fractures entre riches et pauvres s’agrandissent.

Aux États-Unis, la paupérisation de la population et l’effondrement des classes moyennes sont devenus un sujet politique, même s’il n’en est qu’à ses balbutiements. Début décembre, Barack Obama s’inquiétait de la fin du « rêve américain », alors qu’une majorité de la population est désormais persuadée que leurs enfants ne bénéficieront pas d’ascenseur social. Le président américain disait vouloir s’attaquer aux inégalités et redonner espoir aux classes moyennes, socle de la démocratie américaine. Dans une tribune publiée le 6 janvier dans le Financial Times, Lawrence Summer, ancien conseiller économique de Bill Clinton et candidat malheureux à la succession de Ben Bernanke à la présidence de la Réserve fédérale, va encore plus loin. Soulignant les risques de voir l’économie américaine tomber dans une stagnation séculaire, il demande un changement de politique, une politique d’investissement dans tous les domaines, insistant sur le fait que « le problème est plus dans le manque de la demande que dans le manque d’offre ».

L’Europe n’a même pas engagé le début de cette réflexion. De la Grande-Bretagne à l’Espagne en passant par la France, tout reste placé sous le signe de l’austérité, des réductions des dépenses publiques, de la baisse des impôts, des salaires et de la redistribution sociale. Les grandes fortunes européennes n’ont guère de souci à se faire : 2014 devrait être encore une excellente année pour elles.

Archives

Follow Citoyen du monde on WordPress.com