Citoyen du monde

Accueil » Actualités » Ecologie : pourquoi la technologie ne nous sauvera pas ?

Ecologie : pourquoi la technologie ne nous sauvera pas ?

Source: France-culture – La grande table idées – Olivia Gesbert – 15 mai 2019

 

Face à un « techno-solutionnisme » omniprésent et aux « thurifaires de la technique  » qui promettent de sauver la planète par la technologie, Philippe Bihouix nous rappelle la réalité bien matérielle et consommatrice du numérique et des nouvelles technologies.

Arc-en-ciel sur le Vogelsberg (Hesse, Allemagne, 2019)
Arc-en-ciel sur le Vogelsberg (Hesse, Allemagne, 2019) Crédits : Uwe Zucchi/picture alliance Getty

Réchauffement climatique, pollution… Pourquoi le progrès ne nous sauvera-t-il pas ? L’ingénieur Philippe Bihouix, auteur de L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable (Seuil, 2014) et du Désastre de l’école numérique (seuil, 2016), revient avec Le Bonheur était pour demain (Seuil, 2019).

Constituées en dix promenades rousseauistes, ces rêveries d’un ingénieur solitaire reviennent sur la promesse des scientifiques – une promesse devenue croyance politique – d’un progrès qui sauverait l’humanité en repoussant les limites du possible, par des technologies capables de corriger les erreurs humaines et d’inventer un monde  de bonheur pour tous.

Jusqu’à présent, les rêves étaient d’un classicisme fou : « toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort ». […] S’ajoutent  aujourd’hui les rêves d’une économie réparatrice : nettoyer les océans, ressusciter le mammouth..
(Philippe Bihouix)

Pour réussir notre transition écologique, il faudrait abandonner un certain nombre de croyances, ce qui semble plus facile à dire qu’à faire dans un monde habitué à l’idée que la technologie et la géo-ingénierie, qui sont pour beaucoup dans l’état actuel de la planète, pourraient aussi la sauver.

Beaucoup de cadres innovent « la baïonnette dans le dos » […] Si on n’innove pas, c’est le concurrent qui va innover.
(Philippe Bihouix)

Il s’agirait donc d’abord de « réparer » le monde plutôt que de le changer, d’agir à la source et de faire preuve de sobriété dans les solutions recherchées, à l’inverse, donc, des promesses spectaculaires des ingénieurs, scientifiques, entrepreneurs et même designers, qui redoublent parfois d’absurdité dans leurs inventions high tech prétendument destinées à une « croissance verte ».

Non gratuité et matérialité d’internet, limites du recyclage et des alternatives citoyennes (auxquelles il ne faut pas pour autant renoncer)… Dans une société hyper-industrielle, contre la philosophie du progrès et le « technosolutionnisme », Philippe Bihouix rappelle les limites matérielles de l’utopie.


Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives